Weeds :: Bientôt sur Canal +

Forum consacré à la nouvelle série acidulée de Jenji Kohan 'Weeds' :: Avec Mary-Louise Parker, Elizabeth Perkins, Kevin Nealon :: Bientôt sur Canal +
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sleeper Cell

Aller en bas 
AuteurMessage
Heather
Godmother (Admin)
avatar

Féminin Nombre de messages : 114
Age : 33
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Sleeper Cell   Ven 16 Déc - 22:48



Sur : Showtime

Ca a commencé quand ? Le 4 décembre 2005.

C'est avec qui ?
Michael Ealy (Darwyn)
Blake Shields (Tommy)
Henri Lubatti (Ilija Korjenic)
Melissa Sagemiller (Gayle)
James LeGros (Special Agent Ray Fuller)
Alex Nesic (Christian)
Oded Fehr (Farik)
Luis Chavez (Khashul)


Histoire
Darwyn est en mission d'infiltration depuis 6 mois. Nouant des contacts en prison, à sa sortie, il tente d'intégrer une cellule terroriste dirigé par un dénommé Farik et composé d'hommes de tous horizons.

Avis sur le pilot (1.01)
Showtime choisit là de traiter un sujet très sensible, sur l'infiltration au sein d'une 'cellule terroriste dormante'.

Sur la forme, la réalisation est maîtrisée, avec quelques flash en noir et blanc qui accentue la fébrilité des images, un fond sonore qui mêle musique arabe et rap US.

Sur le fond, voilà un pilote qui alterne entre le bon et le moins bon, dont le principal reproche que je pourrais faire est une certaine inégalité dans le rythme. Certains passages sont assez lents et on n'entre pas directement dans le vif du sujet, puisque Darwyn intègre progressivement la cellule... La rencontre particulière de Farik dans une synagogue, la filature d'une adolescente a priori anodine. Seules quelques remarques glissées ça et là nous rappelle où nous pénétrons.
Puis dans une réunion, Farik zappe sur CNN en leur annonçant qu'il vient de se produire quelque chose... Un attentat au QG US du Qatar. Les remarques qui accueillent la nouvelle nous font définitivement glisser dans la cellule. Le background de chacun des membres ressemble assez à l'archétype que l'on put déjà apercevoir dans The Grid (ou encore 24, mais j'ai un peu de mal à évoquer cette série pour ça ), notamment le serbe qui vécut les massacres de la guerre civile qui ravagea son pays. Des points de vue que l'on a déjà vu évoquer par ailleurs donc...
Mais la série commence vraiment à prendre son envol vers la fin de l'épisode et l'on se rend compte que l'on n'a pas pénétré dans n'importe quel gang underground. L'adolescente que Darwyn avait suivi au début est poignardée à mort par son père -même si le tout n'est que sousentendu et jamais évoqué explicitement- car elle sortait avec un blanc et allait à des soirées. Et surtout Farik les conduit hors de la ville une nuit, alors qu'ils sont en train d'imaginer toutes les cibles potentielles pour un attentat, ils s'arrêtent en rase campagne. Farik leur ordonne de creuser. Puis leur annonce qu'il y a un traitre parmi eux, en réalité simplement une personne qui a trop parlé. Au téléphone, l'homme qui avait été le plus ouvert envers Darwyn jusqu'à présent, pour lequel tous s'étaient retrouvés pour fêter l'anniversaire de sa fille, s'est vanté de leur cellule à un oncle en Egypte... On comprend qu'ils creusent pour sa tombe, tandis que l'homme, la jambe cassée par un coup de pelle se lamente.
Le truc, c'est que là où dans les Sopranos ou toute une série classique de gangsters on aurait eu droit à une simplement exécution, le trou où ils l'enterrent n'est pas sa tombe au départ... Ils l'enterrent vivant, ne laissant que sa tête dépassée et commence à le lapider. Scène qui m'a retourné l'estomac.
Darwyn choisit de l'abattre pour abréger le supplice.
Cette lapidation nous prouve définitivement que l'on n'est pas dans n'importe quel show.
A la fin, Farik fait prêter serment à Darwyn. Ca y est, il est définitivement 'dedans'. Et comme il le lâche à son contact du FBI ensuite au téléphone : 'I'm in'. Et nous aussi. Fin du round d'introduction, les choses sérieuses peuvent commencer.

Un épisode un peu plus rythmé aurait été un peu mieux, mais comme il s'agit d'un pilote introduisant une nouvelle situation. J'attends de voir la suite pour juger.
Néanmoins, le sujet est fort et exerce de lui-même une attraction dont il est difficile de se départir une fois rentré dedans.
Et surtout, dans la seule scène où Darwyn se départit de sa couverture pour lâcher une 'blague' quand il discute avec son contact/ami du FBI : "Tu pourras faire ce type d'infiltration quand l'armée néo-nazie se sera réorganisé", on entre-aperçoit Darwyn tel qu'il est vraiment, on prend conscience soudain de certains sacrifices... Néanmoins, on est aussi conscient du risque inhérent à toute infiltration quand il cite dans cette discussion professionnelle le Coran.
Un sujet fort à regarder, traité sur un ton proche de The Grid (si vous voulez un ordre d'idée).

Petit bémol futile : Fallait-il vraiment que l'ex-skinhead arrogant et stupide soit un... français ? (non, je ne suis pas parano...)

_________________


Dernière édition par le Lun 19 Déc - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso.aol.fr/_ht_a/mullaCD/indexa.html
Heather
Godmother (Admin)
avatar

Féminin Nombre de messages : 114
Age : 33
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Sleeper Cell   Lun 19 Déc - 14:52

1.02

Tout d'abord, première apparition du générique. Très soigné esthétiquement, agréable en fond sonore... et qui reflète bien la série, ses points positifs comme les travers qui semblent se dessiner. Se succèdent une alternance de scènes de la 'vie courante' de braves familles américaines (comprendre : des enfants, tous blonds d'ailleurs, jouant dans la plus extrème innocence) et des images d'attentats (le World Trade Center, l'attentat de 99 contre le porte-avion -enfin, je n'ai pas tout reconnu :ph34r: ) et des deux dernières guerres du Golfe.
Stéréotypé à l'extrème pour offrir un contraste probablement voulu, je suppose que c'est sensé faire ressortir une certaine émotion et souligné la gravité du thème abordé...

L'intrigue de l'épisode en elle-même retombe un peu dans les travers du pilot concernant le rythme. Le premier tiers (les épisodes font 50 minutes) est assez lent, puis petit les choses s'emballent, suivant en cela un peu le même schéma que le pilot. on a assiste à la reconnaissance et à la préparation d'un attentat dans une galerie commerciale. Assez intéressant parce que suivi sans forfuiture.
Le tout happe le téléspectateur quand Farik décide soudain d'avancer le planning sous-entendu et de lancer l'opération le soir-même. Le téléspectateur oscille entre sa rationnalité qui lui souffle qu'il ne va y avoir d'attentat dès le 2ème épisode (sinon, plus de série car plus de cellule dormante, vu que nos terroristes seront immédiatement arrêtés) et la musique très nerveuse qui malgré tout fait monter la tension. Au dernier moment, alors que Darwyn s'apprêtait à assomer Farik qui allait casser une fiole d'anthrax dans le conduit d'aération, ce dernier leur annonce qu'il ne s'agit que d'un exercice, pour étudier notamment le champ de dispersion de la poudre...
Parallèlement, on approfondit un peu les personnages. Farik travaille dans une boîte importante, joue les entraîneurs pour de jeunes juifs, et regarde sur internet des vidéos terroristes dans une sorte de Radio Londres modernisée :ph34r:
Darwyn se rapproche de l'américain (pas encore retenu son nom :unsure: ), qui après la mort de Bobby est probablement celui avec lequel il peut établir un rapport. Américain qui est harcelé par sa mère qui veut qu'il rentre à la maison. Elle menace de venir à L.A., et il annonce à Darwyn qu'il va falloir la tuer si elle commence à fouiner :blink: Ca devient peut-être un peu trop gros...
Et puis, il y a Christian qui en plus de nous offrir des dialogues, certes totalement dénués d'intelligence, mais dans un merveilleux anglais teinté d'accent français (c'est comme Michel de Gilmore Girls, un vrai plaisir de ne pas entendre les syllabes triturés et mâchées de celui qui joue Darwyn par exemple Laughing ), confirme ses tendances psychopathes autant que sociopathes :ph34r: Mais on a au moins l'occasion d'entendre parler français dans cette série polyglotte qui passe allègrement de l'anglais à l'arabe... Pour le français, euh... Autant certaines phrases étaient dites vraiment sans accent, autant dans d'autres :ph34r: notamment les débuts et fins, c'était aussi clair que l'arabe pour moi :blink: Laughing Heureusement que c'était sous-titré en anglais Razz

Darwyn de son côté est quand même très secoué par les évènements de l'épisode précédent. Très nerveux, il crie sur son collègue du FBI leur disant qu'il veut plus de protection, pour ensuite manquer de se faire découvrir, car en filature derrière eux de façon très peu discrète, l'autre américain les repère... Bref un Darwyn très secoué, plus autant maître de ses émotions et impassible comme dans le 1er épi... et plus autant professionnel... il mettra tout l'épisode à réussir à avouer ce qui est arrivé à Bobby :unsure:
Et puis comme un cheveu sur la soupe, la mini-romance avec l'ancienne voisine de Bobby continue. Certes son petit boutchou est adorable Laughing et on sait qu'elle ne va pas partir de sitôt puisque créditée au générique, mais si cela souligne la complexité de la vie actuelle de Darwyn... Cela n'aide pas à accélérer un peu le rythme de la série.

Bilan -> Un épisode qui reste dans la lignée du premier tout en affirmant un peu plus les bases et le concept de la série, traité un peu comme une sorte de docu-fiction par moment, le brusque rush généré par le déclenchement de l'opération par Farik montre que cette série a quand même un potentiel prometteur.
Je pense continuer à suivre Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso.aol.fr/_ht_a/mullaCD/indexa.html
Heather
Godmother (Admin)
avatar

Féminin Nombre de messages : 114
Age : 33
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Sleeper Cell   Dim 25 Déc - 0:17

Je suppose qu'il n'y a que moi pour choisir de regarder Sleeper Cell pour passer le réveillon de Noël :ph34r:


1.03

Cette série est vraiment une série polyglotte : après l'anglais, l'arabe, le français, voilà une nouvelle langue qui vient se mixer à l'ensemble, l'espagnol. L'épisode traite cette fois des sources de financement du terrorisme, car cela coûte très cher. La drogue (d'Afghanistan), la prostitution : tout un réseau situé au Mexique... Suite à la mort dans un stupide accident de voiture d'un de leur rouage majeur, les rentrées d'argent se trouvent soudain grippées. Farik, Christian et Darwyn partent pour Tijuana.
Un épisode avec plus de rythme que jusqu'à présent, encore quelques scènes avec l'ex-voisine de Bobby -Darwyn semble vouloir s'accrocher-, mais les trois partant vite au Mexique, cela ne pèse pas trop sur l'intrigue.
Des scènes assez révoltantes encore dans l'épisode : le réseau de prostitution mis en place étant composé de gamins enlevés de leur famille et terrorisés... :unsure: Darwyn s'énerve contre Farik, qui amènera ce dernier à exiger "no more kids", mais uniquement comme une faveur pour lui avoir sauvé la vie dans une fusillade pour éliminer le chef mexicain qui devenait trop gourmand. Et oui, de l'action (enfin, un peu) dans l'épisode !
Parallèlement, après l'aveu du meurtre de Bobby, les pontes de Washington s'inquiètent. On voit bien ici la volonté marquée de réalisme, face à une bureaucratie coupée du terrain, mais néanmoins restant légaliste -une différence majeure avec une autre série traitant de terrorisme, 24, où ce cher Jack descend et torture les guys à tour de bras sans conséquence :ph34r:
Le Ministère de la Justice débat sur l'opportunité de signer l'immunité à Darwyn, mais également de poursuivre ou non l'opération d'infiltration... Finalement, la décision est prise de dissoudre cette cellule identifiée et tous les 3 sont arrêtés en rentrant sur le sol américain...
Mais quelques heures auparavant, un téléphone a été utilisé. Le même que pour les attentats de Madrid (seule fois où il avait été utilisé avant). Et pas seulement pour appeler Farik, mais aussi deux autres endroits à NY et Washington (Farik étant à L.A.). Il y a donc deux autres cellules dormantes sur le territoire américain qui font partie des mêmes projets d'attentats.
Branle-bas de combat inverse chez les dirigeants : après quelques heures chez les douaniers, les trois sont relâchés... L'infiltration se poursuit tandis que Farik souligne l'importance de l'attentat qui se prépare :ph34r: Sorte de mini-cliffhalanger qui capte définitivement l'intérêt du téléspectateur.
Je sais désormais que j'irai jusqu'au bout de la série. Elle s'affirme dans cet épisode et ses qualités se précisent. Elle n'échappe pas à quelques creux, mais nous sommes vraiment rentrés dans les choses concrètes. Et le côté polyglotte, passant d'une langue à l'autre, donne un côté plus réaliste à la série.

Petit bémol : Saviez vous qu'en France on ne fêtait pas l'enterrement de vie de célibataire à la veille du mariage ? :blink: Rien que pour ça, il faut vivre aux US. lol(on en apprend tous les jours dans ses shows américains... B) )
[C'était l'anecdote de l'épisode de la soirée]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso.aol.fr/_ht_a/mullaCD/indexa.html
Heather
Godmother (Admin)
avatar

Féminin Nombre de messages : 114
Age : 33
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Sleeper Cell   Mar 27 Déc - 23:23

1.04

J'avais rêvé d'un épisode de cette force prenant une telle tournure dramatique, philosophique, et une telle envergure et épaisseur, en lisant, cet été, le pitch de la série : le voilà. Intense, faisant oeuvre de pédagogie, complexifiant et déroutant les préjugés sur l'Islam, un épisode qui mériterait vraiment d'être visionné par beaucoup.
D'une telle densité que je ne sais par où commencer ma review. :unsure:

Farik envoie l'étudiant d'origine indonésienne rencontré précédemment au Canada récupérer une cargaison d'anthrax. Dans le même temps, Darwyn, Farik et Tommy sont priés d'assister au discours d'un cheik yéménite, en visite aux Etats-Unis, dans une mosquée de L.A.
Ce discours constitue le déclencheur d'un caléidoscope de réactions. En effet, le cheik prèche une vision du Coran opposée à celle avec laquelle Christian et Tommy ont été endoctrinés, condamnant le terrorisme, replaçant dans leur contexte des citations sensées justifiés le Jihad, glosant sans relâche dans un sens opposé des extraits du Coran, et recherchant la contradiction et le débat. 'Quel est le plus grand Jihad a dit le prophère ?' répète le cheik. Christian (ou le terroriste emprisonné vu au début de l'épisode et que le cheik a convaincu) répond sans hésitation : 'Le combat contre les Infidèles'. 'Non, le prophète a dit que c'était le moins important Jihad. Le plus important se déroule dans son esprit.' Pédagogue, le cheik disserte sur différents points du Coran, avec Christian qui, troublé, revient le voir à la fin de son discours. On a rarement l'occasion d'assister à un tel débat dans une fiction télé.
Farik annonce un peu après qu'il a reçu une fatwa contre le cheik et qu'ils doivent l'éliminer avant qu'il ne quitte les Etats-Unis, et surtout, avant qu'il ne délivre la fatwa qu'il a lui-même l'intention de délivrer à l'encontre de tous les terroristes suivant cette voie, enjoignant tous les musulmans à se joindre au mouvement.

Darwyn se sent impliqué et proche du cheik, il enjoint Ray (l'agent du FBI qui est son contact) de le protéger. Leurs discussions soulignent soudain tout le fossé existant entre deux hommes qui sont pourtant du même côté dans cette lutte contre le terrorisme, montrant bien que tout ne se résume pas à ça. Ray voit en ces luttes inter-Islam une lutte entre deux Jihad envers lesquels il éprouve la même méfiance, n'appréhendant pas la différence entre les deux. Ray assimile l'Islam, et les religions de manière générale, au fanatisme... Et implicitement, on sent que c'est contre cet ensemble flou et indéterminé qu'il combat. 'Cette war against terror'.
Farik réussit malgré tout à atteindre le cheik par Christian, qui le tue. Lorsque Ray annonce cette nouvelle à Darwyn, ce dernier paraît effondré et l'accuse de ne pas avoir pris les mesures de protection nécessaire. Ray lui répond que sa couverture compte plus que tout... Ils doivent aller au bout de cette opération.
Darwyn énonce alors une vérité, sous-jacente dans tout l'épisode mais qui n'avait jusqu'alors pas été explicitement affirmée : pour vaincre le terrorisme, il ne s'agit pas de lutter contre ses agents. La seule façon, c'est de l'intérieur. La vie du cheik était plus importante que l'entrée de l'anthrax sur le sol US empêchée par les informations de Darwyn, car c'est au sein de l'Islam que la lutte se joue entre de deux visions totalement opposées de cette religion. Ce n'est pas par la force que l'on peut vaincre le terrorisme, mais en promouvant les vues du cheik. C'est par la condamnation du terrorisme par l'Islam, c'est par l'Islam que les vues extrémistes peuvent être combattues. Et que cette guerre against terror pourra triompher.
Ray commence à peine à saisir les tenants de cet ensemble complexe, onhubilé qu'il est par cette unique opération, sans vision globale, se focalisant seulement sur ses intérêts et son côté.

Un épisode très fort donc sur le plan théologique.
La ligne dramatique est renforcée par les deux assassinats vers la fin dans un fond sonore prenant renforçant leur intensité : le cheik et l'étudiant qui a perdu en cours de route l'anthrax récupéré par les services secrets américains sans qu'il s'en rende compte et que Farik exécute après avoir appris la version selon laquelle de l'anthrax était en route pour l'Indonésie.

Cet épisode voit pour la première fois Darwyn se distancer vraiment du FBI dans leur vision de la lutte contre le terrorisme : c'est aux sources qu'il convient de lutter pour Darwyn. C'est au sein de l'Islam que cette 'guerre' se gagnera.
Des opinions exprimées dans cet épisode qui accentue l'aspect réaliste de la série, montrant également toute la complexité de la foi, la religion, le fanatisme. Chacun apporte sa réponse personnelle aux évènements qu'il subit. Les conflits actuels qui accentuent les tensions, exacerbent les extrèmes, sont cités à plusieurs reprises dans l'épisode : Tchétchénie, Palestine, Irak. La série dresse un constat dénué de tout manichéisme, comme une photographie d'une situation trouble où chacun recherche des réponses, mais pas forcément sur la même voie. Comme l'illustre Christian qui même s'il finit par tuer le cheik conformément à l'ordre de Farik a été troublé par ce qu'il lui a dit. La situation internationale amène à une victimisation d'une religion et les réponses à ces guerres varient selon les personnes mais peuvent amener justement à ce fanatisme...

L'épisode se conclut par une note d'optimisme après ce sentiment d'échec devant l'assassinat du cheik. Le terroriste emprisonné au Yemen, converti par le cheik au début de l'épisode, reprend son flambeau. Et on le retrouve dans la même cellule au Yemen, venant voir un nouveau prisonnier, reprenant les mêmes mots que le cheik... Une sorte d'effet papillon : les actions d'un homme peuvent ainsi avoir des répercussions, au sein même de l'Islam le mouvement de conversion doit se propager. L'action de quelques modérés est la seule voie contre le fanatisme. L'usage de la force générera toujours des victimes, et parmi ces victimes qui chercheront des réponses, certaines se tourneront vers le terrorisme.


--> Le meilleur épisode jusqu'à présent. Très fort et puissant qui amène à réfléchir et remet en perspective beaucoup de choses dans une synthèse bien maîtrisée.

[Et désolée pour mon petit roman... :ph34r: ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso.aol.fr/_ht_a/mullaCD/indexa.html
Heather
Godmother (Admin)
avatar

Féminin Nombre de messages : 114
Age : 33
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Sleeper Cell   Jeu 29 Déc - 23:00

1.05

- Un épisode moins intense qui suit les conséquences de l'épisode précédent. Ses 'supérieurs' donnent un ultimatum à Farik lui affirmant qu'ils n'accepteront pas un nouvel échec. Darwyn rencontre la soeur et le mari de sa petite amie (il faudra que j'arrive à retenir son nom un de ces jours :unsure: ). Et la cellule terroriste fait de l'infiltration... dans une autre 'cellule' :ph34r:
Un américain entraîne et envoie pour l'Irak des recrues, et tout ça dans un entrepôt-bunker ultra-sécurisé. Farik veut mettre la main sur l'entrepôt et quatre d'entre eux entament l'entraînement de l'américain. Cela peut sembler étrange a priori, tous étant des jihadistes, pourquoi tant de suspicion et de mensonges ? On a les réponses lorsque Farik pénètre à son tour dans le repère et se confronte à l'américain. Les deux se connaissent de la guerre en Bosnie. Leurs vues s'opposent car l'américain condamne le meurtre de civils innocents : il poursuit son Jihad contre les armées (US...), non des civils, et donc refuse les attentats contre des innocents, notamment sur le sol américain comme le projette Farik. L'américain tente de déclencher ses explosifs pour tout détruite, mais Ilja le tue avant. Le serbe, le plus touché par un homme dont il se sentait proche, réclame pour lui de véritables funérailles...
A la fin, Farik et les autres prient dans l'entrepôt. Et Ray et le FBI sont sur les nerfs dehors : en effet, impossible de capter ce qu'il se dit à l'intérieur de l'entrepôt. :ph34r: La série entame un nouveau tournant, ce n'est plus la page du plan de l'anthrax est tournée (plan A) après le fiasco de l'épisode précédent et on passe au plan B. Une nouvelle cible.

Sinon, Tommy (l'autre américain du groupe) confirme ses déséquilibres et ses excès de violence en racontant ses expériences dans l'armée US. Même ses compagnons ne lui font pas confiance et seraient plutôt prêt à ne pas lui donner une arme entre les mains :ph34r:
Farik teste la capacité de diffusion dans un stade de baseball, avec des une quinzaine de mômes juifs qu'il amène à un match et leur fait faire des bulles de savon.

Un épisode moins intense que le précédent, mais qui poursuit une certaine oeuvre pédagogique. Après nous avoir montré les dissensions au sein de l'Islam, la série s'intéresse aux différences de vues au sein même des combattants du Jihad. Elle poursuit donc sa complexification en nous dépeignant une situation tout en nuances.


- Et la petite référence marrante de l'épisode (c'est un truc que j'aime bien avec cette série, à chaque épisode, je peux conclure la review par une anecdote Laughing ) --> un chien nommé De Gaulle Laughing (trouvé par Christian)
Non, mais... Le Général se retournerait dans sa tombe Laughing Mais quelle idée, j'aurai jamais pensé appelé mon chat Chirac ou Bush Laughing

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso.aol.fr/_ht_a/mullaCD/indexa.html
Heather
Godmother (Admin)
avatar

Féminin Nombre de messages : 114
Age : 33
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Sleeper Cell   Sam 21 Jan - 13:22

1.06

Un épisode qui fait en quelque sorte office de pause puisque même en gardant en background la préparation du projet d'attentat et le thème en filigramme, l'épisode s'intéresse plus à la vie personnelle des personnages.
On apprend entre autres que Farik travaille dans une entreprise de conseil en sécurité quand il sert un plaidoyer à un entrepreneur sur la nécessité de protéger son usine de produits chimiques. L'entrepreneur lui rit au nez devant la paranoïa ambiante. Vu avec qui il parle, le téléspectateur se dit qu'il est mal tombé Vous l'aurez donc compris, la mission de l'épisode va être de récupérer quelques barilles d'un produit utilisé pendant la WW1 dans les tranchées... Darwyn est envoyé en mission pour se lier avec un des employés 'maillon faible' de l'entreprise, et lui faire lui vendre le produit en question.
Ilja nous apparaît toujours plus torturé alors qu'il s'emporte irrationnellement contre une bosniaque chrétienne (je pense que c'est ainsi qu'il faut le traduire, mais entre ma mémoire + anglais + l'heure, je fatigue un peu ) qui l'a invité à prendre un café, quand il découvre ses origines.
Christian et Tommy sont désoeuvrés, laissés de côté par Farik... La mère de Tommy débarque finalement, éminent professeur d'histoire moyen-âgeuse, sensée parler français (puisqu'elle parle avec Christian en français), mais avec l'accent américain de l'actrice, j'avoue que ça m'a paru plus près d'un beau charabia Tommy continue d'étaler son côté totalement hors de contrôle en agissant de façon exécrable envers sa mère, s'amusant à filmer des vidéos terroristes, voulant même envoyer une vidéo d'un tabassage d'un chrétien à Al-Jazeera et manquant de tuer Christian après que celui-ci lui annonce en grande pompe qu'il a couché avec sa mère...

Dans le même temps, on fait un petit peu connaissance avec la famille de Darwyn qui se glisse dans une réunion de famille, et on retrouve la petite amie (dont je n'ai toujours pas retenu le nom ) avec Marcus Enfin un truc intéressant à signaler, puisque la sweet sweet voisine n'est finalement pas si blanche que ça : son mari, prétendu mort, purge en réalité une peine de 20 ans pour braquage et accident ayant provoqué la mort de deux personnes C'est vrai que ça commençait à paraitre franchement bizarre cette mère célibataire qui acceptait de voir un ex-détenu, lui pardonnant tous ses faux bonds... Cela suppose un passé plus lourd que prévu. Cela peut-être intéressant (et amener quelque chose à cette romance jusqu'alors assez fade). Surtout que maintenant, Darwyn n'est plus le seul à mentir donc. D'autant que cela inverse les rôles dans la 'réalité' : elle, femme d'un détenu, et lui agent du FBI. Et non plus veuve épleurée/ex-détenu...


Bilan -> Un épisode transition plus calme qui s'intéresse plus aux personnages de la série, mettant en arrière plan la préparation de l'attentat.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso.aol.fr/_ht_a/mullaCD/indexa.html
Heather
Godmother (Admin)
avatar

Féminin Nombre de messages : 114
Age : 33
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Sleeper Cell   Sam 21 Jan - 13:23

1.07 - 1.08

Les deux derniers épisodes avant l'explosion (sans mauvais jeu de mots) finale.

Je continue de trouver la storyline avec Gayle inutile, une sorte de 'Kim pour SC' toute proportion gardée, qui ralentit surtout considérablement les épisodes par des indécisions et hésitations qui finissent par agacer le téléspectateur qui, à la différence d'elle, sait ce qu'il se passe.

Le grand tournant amorçant la dernière ligne droite est la mort de Ray, aussi brusque que pleine d'hémoglobine par ce gamin résultat d'un système où il n'a jamais pu faire de choix, et au destin prédéterminé. La femme qui le remplace offre l'avantage de ne pas avoir cette relation d'amitié que Darwyn entretenait avec Ray. Elle apparait donc plus professionnelle et sans doute objective.

Le point central de ces épisodes constitue quand même la concurrence inter-services dans la lutte pour le terrorisme. Le 11 septembre et les constats terribles de dysfonctionnement, et la soi-disant politique de coopération inter-agence qui a résulté des commissions d'enquête n'ont à l'évidence pas porté leur fruit. On évacue pas par quelques mesures un esprit de corps exacerbé et une compétition réelle entre les différentes branches, en l'espèce, la police de L.A. et le FBI. Si bien que Darwyn manque de se faire tuer par Farik à cause d'un inspecteur qui pose un peu trop de questions, Farik soupçonnant Darwyn d'en avoir trop dit à Gayle, puis voulant arrêter Darwyn alors que Farik et les autres sont en plein deal avec une organisation raciste. Ils luttent tous dans le même sens, mais chacun de leur côté, se gênant mutuellement. A noter que c'est quand même un miracle que les terroristes suivis et par la police de L.A, et par le FBI, n'ait rien repéré...

Concernant le comportement de Farik, il me semble moins imprudent que pour toi, Maxx. Après tout, pour réunir trois personnes venant de L.A, NY et (zut, j'ai oublié la 3ème... Chicago ou Washington je crois ), quel meilleur endroit qu'une ville surpeuplée qui a appris à ne pas s'étonner des bizarretés et dans laquelle on se fond facilement dans le décor ?
D'autant qu'avec toutes leurs mesures de sécurité prises, et aucun des trois n'étant au préalable connus par les autorités US, ils n'ont aucune raison de soupçonner qu'ils ont été repérés. De plus, vu que le FBI suit Farik, ils n'auraient eu qu'à photographier les hommes qui entraient/étaient dans la pièce, d'une façon ou d'une autre (room service, ect...) pour avoir la photo des trois têtes de cellules.

Ah sinon, pour la petite anecdote, scène très drôle (involontairement) : quand Christian reçoit les 'papiers' du divorce de sa femme. Premièrement, est écrit sur le papier en français 'Cour de comté de France', personne n'a dit aux Américains que la County Court, c'était uniquement anglo-saxon Laughing Deuxièmement, la procédure suivit est copiée sur celle existant aux US. C'est très drôle, mais franchement pas crédible pour deux sous. Pas seulement en pure procédure civile pour le divorce, mais aussi en droit international privé Laughing (Bon, c'est sans doute le côté 'étudiante en droit' qui ressort).

Bilan --> Deux épisodes corrects. On attend le feu d'artifice final dans un double épisode qui promet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso.aol.fr/_ht_a/mullaCD/indexa.html
Heather
Godmother (Admin)
avatar

Féminin Nombre de messages : 114
Age : 33
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Sleeper Cell   Dim 5 Fév - 12:03

1.09 - 1.10

Tout s'accélère, cette fois, on ne teste plus.
Ce sera un attentat à l'arme chimique, dans un stade bondé (normalement, trois attaques simultanées). La tension est extrème tout au long de l'épisode, Farik dévoilant son plan petit à petit.
Et finalement, ce final est magistral. Pourquoi ? Justement parce que la série ne cherche pas dans le sensationnel, à trop en faire, ou à transformer Darwyn en Jack Bauer du câble. Farik les laisse, lui et Christian sur le parking du stade avec des mitraillettes pour bloquer cette entrée. Darwyn fait alors tomber sa couverture, tente d'arrêter Christian (un peu de suspense, le français finit tué) et hurle aux autres équipes du FBI qu'il a eu toutes les peines du monde à prévenir à cause de l'isolement imposé par Farik de stopper ce dernier dans son camion, missile chimique. Auparavant, Dawyn aura eu la présence d'esprit de retirer les piles de la télécommande d'activation des bombes. Farik finit touché à la jambe, lamentablement étendu au milieu du stade.
Nous assistons donc à l'échec d'un attentat terroriste, à la fois sobre, dramatique (Tommy qui se fait sauter dans son camion), avec un sentiment de malaise. Le fanatisme confronté aux autorités américaines. Darwyn redevient en un instant vraiment agent du FBI, son infiltration a fonctionné. Tout ça, pour ça pourrait-on presque dire, tant la sobriété et l'échec patent de Farik paraissent d'autant plus fort, en contraste avec tous les efforts et préparations passés.
Je crois que c'est justement cette absence de sensationnalisme qui fait la force de ce final. Tout comme ensuite le traitement médiatique que l'on entre-voit, les flashs d'informations qui parlent d'attentats sur le sol américain, le choc que cela provoque alors que le téléspectateur est conscient que tout cela n'est rien à côté de ce qui était envisagé si cela avait réussi.
Ilja réussit lui à s'enfuir, comme une des cellules terroristes (qu'il prévient probablement). Ils passent inaperçus sur le sol américain, une nouvelle sleeper cell qui disparaît des radars du FBI. La menace se dillue à nouveau pour mieux se reformer. La série souligne bien que les autorités ont gagné une bataille par la mise en échec des attentats, mais ce n'est pas la guerre.
Farik et sa femme finissent à Guantanamo. Ce n'est pas la première fois que la série évoque cette zone de non-droit. Détenu, mais pas accusé. Sans droits, sans reconnaissance, sans existence. Cela accentue le côté réaliste de la série alors que la série dresse un simple constat de cette situation (et non pas une dénonciation comme avec le jeune Afghan).
De même, dans la reproduction de traits si caractéristiques à la société américaine, la déclaration de la mère de Tommy qui annonce qu'elle poursuit l'Etat Américain, qui aurait provoqué la perte de son fils en l'excluant de l'armée, ce qui a conduit à sa conversion à ce fanatisme.
Le retour de Darwyn dans sa mosquée constitue aussi une sorte de boucle. La série aura montré toutes les nuances de l'Islam et les dangers des amalgames simplistes et manichéens.

Bravo pour ce côté quasiment documentaire, cette fiction bien maîtrisée sur cette préparation et cet échec d'un attentat, une vision de tous les protagonistes, des deux côtés. Finalement, rien de sensationnel, juste une terrifiante, choquante réalité, pas d'effets supplémentaires à rajouter.
Juste un récit sans forfiture.

On peut regretter parfois la lenteur des épisodes, mais la qualité de l'effort d'avoir montré tous ces évènements et storylines s'enchaînant, toutes ces histoires qui se confrontent dans cette guerre actuelle mérite d'être souligné.


Bilan de la série --> Je la conseille fortement. Elle mérite vraiment votre intérêt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso.aol.fr/_ht_a/mullaCD/indexa.html
thom85
Voisin(e)
avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 03/02/2006

MessageSujet: Re: Sleeper Cell   Lun 22 Mai - 0:35

Je vais la regarder après les exams, et showtime a commandé une saison 2 pour 2007!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://greysfan.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sleeper Cell   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sleeper Cell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résultats de Hell In a Cell
» kenworth 900 big sleeper congo
» 64 sleeper
» Coment fair un hell in a cell
» Résultats Hell In A Cell 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weeds :: Bientôt sur Canal + :: Discussion plus générale :: Autres séries-
Sauter vers: